Dranéouf, Interview par Julien Falgas de Webcomics.fr

Posté le 23 mars 2009, dans la rubrique INTERVIEWS

Draneouf Banniere

Interview de Dranéouf, auteur de Wonder Lapin, par JiF – Mars 2009

Bonjour Dranéouf. Afin de mieux te connaître, peux-tu nous dire ce que tu fais de beau lorsque tu ne dessines pas les aventures de Wonder Lapin ?
Bah disons que 8h par jour je me transforme en graphiste-illustrateur dans une boîte de com’. Pub, affiche, journaux, plaquettes… sont mon quotidien. Mais dès que ces journées se terminent, je me transforme en Dranéouf, dessinateur de lapins en costume !

Qui est Wonder Lapin ?
C’est un Super-héros aux grands pouvoirs qui impliquent de grandes responsabilités !… Heu, mhm ! Ok ! Je m’égare ! C’est donc un super-héros qui avec l’aide de ses deux compères (Power-Puceron et Super-Hamster) combat le crime dans la ville de Karot’City (La plupart du temps à cause de l’infâme et stupide Bad-Rabbit !) Qui est-il dans la vraie vie ? Ça reste un mystère, même pour moi ! Je ne lui ai jamais trouvé de nom pour les moments où il se retrouve en civil ! Ça viendra peut-être un jour… mais pour le moment, ça ne gène pas pour l’histoire !

« Quels sont ses pouvoirs » est aussi une question que l’on me pose souvent ! Et là, je m’empresse de répondre : « Je ne sais pas vraiment ! Un jour, il a une super ouïe, l’autre une méga-arme ! ». Disons que des fois il est plus proche d’un Batman et d’autres fois d’un Superman !

Comment en vient-on à créer des comicstrips avec un héros à grandes oreilles lorsqu’on arrive du milieu du graphisme professionnel ?
Wonder est en fait né en 1999 dans un fanzine de BD, « le Loufoque ». Nous étions 5 à gérer ce fanzine et il fallait donc jongler entre l’écriture de scénarii pour les autres et l’écriture et le dessin pour moi ! J’ai donc créé un max de personnages ! Un matin, en panne d’idée, je me suis amusé à dessiner des petits lapins sur une feuille A4… à la fin de la journée la feuille était remplie de plus d’une centaine de lapins, tous avec des expressions ou postures différentes (il est bon de noter qu’à cette époque, j’étais à la l’université et que j’avais cours ce jour-là… mais je n’ai pas vu le temps passer et ai dessiné pendant 8 heures non-stop mes petits lapins, et ce sans manger !)

Ces petits lapins m’ont ensuite donné l’idée de les mettre en place dans une de mes BD pour le fanzine… Et c’est tout bêtement que j’ai créé pour ces lapins un protecteur de la forêt : Super-Lapin (et oui, à l’époque, il s’appelait Super-Lapin et Super-Hamster s’appelait Wonder-Hamster !) Le but de Super-Lapin était donc de combattre Bad-Rabbit et ses Carottes Mutantes.

Puis un jour, le fanzine s’est arrêté… je suis rentré aux Beaux-Arts de Caen, j’ai passé mon diplôme et commencé des tas de BD ! Mais aucune ne me plaisait réellement… J’ai donc décidé de fouiller dans mes archives et ai ressorti de là Wonder-Lapin… J’avais changé entre-temps de style graphique… De l’encre j’étais passé au vectoriel ! Petit à petit j’ai pris plaisir à lui inventer des histoires… et voilà ! tadiiiinnnnnn !

Quelles sont tes influences ?
Mes influences… arf ! Elles sont très vastes… Je citerais forcément en tout premier, Franquin… ensuite je pourrais te citer pleins d’auteurs commeTrondheim, Bertschy, Midam, Arthur de Pins, Larcenet… mais aussi Jean Giraud, Bilal, Loisel… enfin toute cette trempe d’auteurs !Mais il y a aussi et surtout en ce moment tous les auteurs que l’on croise sur des plate-formes comme Webcomics.fr

Tu as déjà plus de 50 strips à ton actif, t’es-tu imposé un rythme de parution particulier ?
En fait, j’en ai toujours en réserve… j’ai commencé par publier quotidiennement mais avec mon taf de graphiste-illustrateur et celui que je pratique en freelance chez moi, j’ai dû freiner le rythme…

Désormais j’essaie de publier 1 à 2 strips par semaine et d’en produire tout autant chaque week-end ! Je suis arrivé d’ailleurs, à ce moment précis, à la moitié du tome 2 !

Tu publies tes strips à la fois sur un blog, deux hébergeurs de BD en ligne (Webcomics.fr et Webamag)… Ne crains-tu pas de te disperser?
Je suis en effet sur Webcomics.fr, Webamag et mon blog (bien évidemment je ne te parle pas des forums !) Mais je ne pense pas me disperser loin de là. Comme je l’expliquais, ce qui me motive, me fait avancer c’est la rencontre avec tous ces auteurs de talents que je peux rencontrer sur ces plate-formes. L’échange est simple, amical, funky ! Chaque jour on découvre de nouveaux auteurs, de nouveaux personnages… On peut même voir des auteurs faire des « crossover »… on retrouve du Wonder chez Rabbit Jacob (http://rabbit-jacob.webcomics.fr/), ou encore en illustration comme celle de Noël réalisée par Crazy_Cat (http://www.webcomics.fr/member/Crazy_Cat) et LeN (http://www.webcomics.fr/member/LeN).

Bref, cela me permet de faire découvrir et de découvrir en même temps… que demander de mieux ! Je vais donc profiter de cette question pour remonter à celle de mes influences en citant d’autres auteurs donc je suis fan : Mac O’Neill (http://www.webcomics.fr/member/Mac_Oneill), Crazy_Cat (http://www.webcomics.fr/member/Crazy_Cat), Monkey-One (http://www.webcomics.fr/member/Monkey-One), LeN (http://www.webcomics.fr/member/LeN), louis16art (http://www.webcomics.fr/member/louis16art) ou encore notre Dr_Folaweb (http://www.webcomics.fr/member/Dr_Folaweb) pour ne citer qu’eux !

Wonder Lapin est aussi disponible sur papier, comment définis-tu le rapport entre cette édition « traditionnelle » et la publication sur Internet ?
Je reste un fou de la BD papier même si le webcomic permet beaucoup de choses ! Lorsque j’ai sorti la version papier du tome 1 de Wonder Lapin, j’ai complètement redécouvert le personnage, l’histoire et les gags… j’ai même ri devant des strips que j’avais fait et vu et revu sur le net !Je pense que maintenant la BD « traditionnelle » a besoin de la publication internet pour exister. Il est clair que le maximum des gens qui ont découvert Wonder, l’ont découvert sur Webcomics.fr ou mon blog. Ils ont ensuite eu envie de se le procurer en papier ! Et on voit très bien maintenant que les auteurs « confirmés » tiennent au courant leurs lecteurs de l’avancée d’une BD grâce à la publication par le net. Il suffit de prendre l’exemple de la désormais très célèbre Pénélope Bagieu (http://www.penelope-jolicoeur.com/) !

Je pense donc que l’édition papier a besoin des plate-formes telles que Webcomics.fr pour exister ! 
 

Tu as sorti le livre Wonder Lapin avec TheBookEdition.com. Deux éditions cohabitent, pourquoi ?
J’ai en effet sorti le premier tome des aventures de Wonder Lapin « 100% pur jus de carottes » chez TheBookEdition.com en novembre dernier et plus récemment une édition légèrement différente au mois de janvier. Cette dernière est en réalité une commande d’un revendeur Apple pour en faire cadeau à ses clients (sorte de cadeau publicitaire et original de nouvelle année). Pour cette version Apple, j’ai simplement recréé une couv’ personnalisée ainsi que la page préface et quelques strips modifiés pour y incruster des éléments du logo du revendeur ! Cette édition est limitée à 100 exemplaires. Il est même arrivé que certains lecteurs de Wonder Lapin sur le net achètent la version limitée juste pour le plaisir de savoir que peu d’exemplaires sont disponibles !

Un scoop : d’ici mai ou juin le tome 2 « les carottes sont cuites » sera dispo chez TheBookEdition.com…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrPin on PinterestEmail this to someone

Une réflexion au sujet de « Dranéouf, Interview par Julien Falgas de Webcomics.fr »

  1. robin

    Bonjour ,

    votre maison d’edition a le mérite de se distinguer des autres editeurs classiques par le souci de garantir les droits d’auteur mais vous devriez aussi penser a garantir le succès des oeuvres littéraires . Pourriez vous par exemple penser à la possibilité pour les internautes d’envoyer par voie electronique les ouvrages de votre catalogue aux amis de leurs choix comme le font de certaines librairies electroniques ? N’oublier surtout pas de faire connaître votre maison d’edition à travers le monde par des stratégies de marketing très poussées et à envisager des publications en langue étrangère .
    Bref , je vous adresse toutes mes congratulations car vous réequilibrer les rapports entre l’editeur et l’ecrivain longtemps bafoués par les professionnels du monde du livre en partenariat avec certains milieux publics officiels . N’avez vous pas encore reçu par hasard quelques injonctions de certains groupuscules du milieu littéraire pour votre système de travail distinct de celui des autres editeurs préoccupés d’être les modèles à suivre en la matière et raclant le principal et l’accessoire de toute opération qui se rapporte à ce type d’activité ?
    Je vous exhorte de continuer à maintenir le flambeau allumé . La nation et la republique ont besoin des exemples de votre genre .

    Merci .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Captcha Recharger l'image