J’ai eu ici ou là l’occasion de vous parler des bases de données de l’industrie du livre qui peuvent vous aider à diffuser votre livre chez les marchands français, librairies en ligne ou en dur et bibliothèques. Mais s’il est un domaine encore peu adapté à la diffusion du livre auto-édité en impression à la demande, c’est bien celui-là.  Récapitulons donc ici ces notions de base. Où faut-il inscrire votre livre ? Comment référencer son livre sur internet ?

 

Les bases de données de livres en ligne :

Il s’agit de listings informatiques répertoriant les livres parus. Ces bases permettent de voir pour chaque titre qui est l’auteur d’un livre, son éditeur, l’année de sortie…
Ces renseignements proviennent d’une part de l’ISBN, et d’autre part des renseignements de dépôt à la BnF (Bibliothèque nationale de France). La BnF les classe dans sa base de données OPALE.

Ils peuvent aussi être ramassés sur une base de données telle que DILICOM, où l’éditeur (sur TheBookEdition.com, c’est vous) a mentionné tous ces éléments à l’inscription de l’ouvrage.  Voir ici la présentation des deux services de Cyberscribe, qui vous inscrit dans la base de données Dilicom, consultable par les libraires. C’est le cas pour Amazon.fr, qui inscrit systématiquement dans son catalogue les ouvrages présents sur Dilicom, avec la mention « en rupture de stock » ou « temporairement indisponible » quand il s’agit d’impression à la demande.

Exemple avec mon livre « Pure Fiction ». On remarquera qu’Amazon baisse d’emblée mon prix de vente TTC, et annonce que l’on peut commander maintenant, avec port gratuit… Je sais que personne ne sera livré, j’ai fait l’essai avec le livre d’une amie, ainsi annoncé. Au bout de 6 mois d’attente, on m’a dit que je pouvais annuler ma commande si je voulais.
Pour que mon livre soit vendu sur Amazon.fr, il faudrait que je paie Amazon.fr pour un partenariat, puis que j’admette d’augmenter le prix de mon livre pour intégrer leur marge de 50%… ou de perdre de l’argent à chaque vente d’Amazon.fr…

Quant à Amazon.com, n’y pensez même pas ! Certains sites permettent d’inscrire votre livre, vraiment disponible (Amazon.com se constitue une réserve de 3 exemplaires du livre), sur la base internationale anglophone, mais pour un livre en français, cela ne présente aucun intérêt.  De mémoire de vétéran de l’impression à la demande (eh eh !), peu de clients ont commandé un livre en français sur un site américain. Et si par malheur vous en vendiez un, le fisc américain vous retiendrait 30% de TVA. Pour ne pas payer cette TVA sur vos ventes aux États-Unis, au nom des accords internationaux, il faut avoir un numéro de TVA, donc être commerçant au régime fiscal réel en France, et avoir rempli un formulaire long et compliqué. Et là aussi, amazon.com retient 50% de commission. Bref, oubliez vos rêves de ventes internationales si votre livre n’est pas en anglais, parfait, bénéficiant d’une com d’enfer aux US ou à Londres et assez cher pour espérer en tirer un micro-bénéfice.

Donc, comme vous le voyez, les bases de données du livre se nourrissent l’une de l’autre.
Un livre qui a un ISBN, qui est déposé à la BnF et qui est inscrit dans la base de données DILICOM a toutes les chances de se retrouver sur Amazon.fr et d’autres sites de vente en ligne.  Et Google, sans doute.

 

Le référencement Google :

*Le référencement Google est accessible depuis votre compte TheBookEdition.com, quand vous publiez votre livre on vous propose de l’inscrire. L’avantage de le faire ici est qu’un bouton d’achat va renvoyer le client éventuel  vers votre page d’achat TheBookEdition.com.LES MOTS-CLÉS : Pour que votre livre soit retrouvé par un éventuel client qui fait une recherche sur Google ou autre moteur de recherche, il faut que vous ayez précisé des mots-clés dans la balise « titre » (Title) de votre site personnel en HTML, par exemple comme ça, sans accents, séparé par des virgules :
<TITLE>Ma vie par Isidore Duval, biographie, marin, pêcheur, Le Pouldu, 1953, années 50, port, voyage, mer, Bretagne</TITLE>

Les robots des moteurs de recherche passent et voient si quelque chose a changé dans votre site, quels sont les mots-clés et la fréquentation du site. En fonction de ces paramètres, vous remontez dans le classement de Google et assimilés. Ces mots-clés doivent être assez pertinents pour correspondre aux recherches des internautes. Soit correspondre pile-poil à la requête, soit draguer dans les concepts associés. Pour les blogs pré-digérés, (type Over-blog ) cherchez la fonction mots-clés.

Google a une page d’aide à la recherche des meilleurs mots-clés . Vous-même pouvez vous payer des mots-clés sur Google. Quand quelqu’un va taper ce mot-clé dans sa recherche, il devrait tomber plus rapidement sur vous, entre autres. Vous pouvez aussi acheter une petite pub sur Facebook, un mini carré qui apparaît à droite des pages Facebook, en relation avec les mots employés et les thèmes supposés favoris du visiteur.
TheBookEdition.com  est très bien référencé, mais si vous voulez mettre le paquet sur votre création, un site et/ou un blog ne sont jamais de trop. Pensez aussi aux sites de référencement automatique et gratuit des sites internet.

 

Vous le constatez donc, il existe donc des solutions gratuites d’entrée dans les bases de données de l’industrie du livre : l’incontournable Dilicom via Cyberscribe/ GesRef , des possibilités de figurer dans Google et autres en bonne place sans payer également, grâce au référencement des sites et blogs. Et des solutions payantes. A vous de choisir.

Partager l'article sur : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email